La nouvelle cigarette IQOS est-elle vraiment moins nocive ?

1752
Un homme fumant une cigarette IQOS

Ces dernières années, les fabricants de cigarettes développent de nouveaux produits moins nocifs pour les consommateurs. Parmi ces nouveaux produits, on retrouve des cigarettes qui, au lieu de brûler le tabac, le réchauffent. Cette technique du tabac chauffé s’avère moins nocive et moins dangereuse que la méthode classique du tabac brûlé. Parmi les meilleures propositions du marché, la cigarette IQOS du cigarettier Philip Morris se classe en tête. Découvrons donc cette nouvelle cigarette à tabac réchauffé et toutes ses implications.

Le concept du tabac chauffé

IQOS, la cigarette qui chauffe le tabac

A lire également : Pourquoi opter pour une cure de forskoline ?

Le concept du tabac chauffé consiste à consommer le tabac lorsqu’il est chauffé et non lorsqu’il est brûlé. En effet, le tabac est deux (02) à trois (03) fois plus dangereux quand il est en combustion, c’est-à-dire lorsqu’il a brûlé. Par contre, quand on le chauffe l’on peut en tirer le même bénéfice que lorsqu’il est brûlé. Mieux, le tabac chauffé est plus sain.

Rappelons que le tabac, consommé sous n’importe quelle forme est nocif pour l’organisme. Toutefois, lorsqu’il est chauffé et non brûlé, il présente moins de risques et moins de toxicité.

A lire en complément : Alopécie : les traitements qui font leurs preuves !

Lire également :

La nouvelle cigarette à tabac chauffé I Quit Ordinary Smoking IQOS

La cigarette IQOS est en fait, un vaporisateur de tabac. Avant de l’utiliser, il est important d’y insérer un heet, qui est une mini-cigarette. Cette mini-cigarette dispose d’un filtre et contient du tabac. Une fois le heet inséré dans l’IQOS, celui-ci chauffe le tabac qu’il contient à une température de 330°C. C’est ce qui permet à l’IQOS de diffuser une vapeur contenant du tabac à inhaler. Comme on peut le constater, durant ce processus, le tabac n’est en aucun cas brûlé, mais chauffé.

La cigarette IQOS, est-elle moins nocive ?

Selon l’évaluation scientifique de l’IQOS, on retient que cette cigarette à tabac chauffé est bien moins nocive que celle classique. Cette étude a démontré que la vapeur, c’est-à-dire l’aérosol libéré par l’IQOS, contient moins de substances toxiques. Si l’aérosol diffusé par l’IQOS présente moins de risques, c’est parce qu’elle provient d’un tabac chauffé et non d’un tabac brûlé. Cela signifie, que c’est le tabac une fois brûlé, qui est susceptible de produire les substances dangereuses dont les polycycliques et le monoxyde de carbone.

L’étude interne menée par l’industrie du tabac, conclut à un même résultat. Selon cette dernière, le procédé de transformation par l’IQOS du tabac en aérosol ne fait pas intervenir la combustion. Alors que la combustion est la raison pour laquelle le degré de toxicité de la fumée libérée augmente.

La cigarette IQOS, plus sûre que la classique

La cigarette électronique est moins nocive que la classique

On conclut que la cigarette I Quit Ordinary Smoking est en tout point, moins nocive que la cigarette classique que nous connaissons. Il serait donc plus intéressant et d’ailleurs plus judicieux, de préférer l’utilisation de l’IQOS aux autres cigarettes. D’ailleurs, plusieurs études menées sur elle abondent toutes dans le même sens. Notons cependant, que le tabac nuit à la santé, prenons donc soin d’en consommer modérément.

Les études sur les effets de la cigarette IQOS sur la santé

Depuis son lancement sur le marché, la cigarette IQOS a suscité un vif intérêt dans les milieux scientifiques. De nombreuses études ont été menées afin d’évaluer ses effets sur la santé des utilisateurs. Les résultats de ces recherches sont encourageants et confirment que l’IQOS présente moins de risques pour la santé que la cigarette traditionnelle.

Une étude réalisée par une équipe de chercheurs renommés a comparé les effets du tabac chauffé avec ceux de la combustion du tabac. Les résultats ont démontré que, contrairement à la fumée produite par la combustion, qui contient plus de 7 000 substances chimiques nocives, dont plusieurs sont cancérigènes, le tabac chauffé produit une quantité réduite de composés toxiques. Effectivement, grâce à sa technologie innovante, l’IQOS ne brûle pas le tabac mais le chauffe juste assez pour créer un aérosol sans fumée.

Il faut souligner qu’une enquête portant sur des milliers d’utilisateurs réguliers d’IQOS a montré une nette amélioration au niveau des symptômes liés aux voies respiratoires chez ces individus après avoir abandonné la cigarette traditionnelle au profit de l’IQOS. Les participants ont rapporté une diminution de la toux, de l’essoufflement et des irritations bronchiques.

Il faut approfondir les effets cardiovasculaires de l’IQOS. Les résultats préliminaires suggèrent que le tabac chauffé réduit le stress oxydatif et l’inflammation vasculaire comparativement à la fumée classique. Ces facteurs sont connus pour contribuer aux maladies cardiaques, ce qui soulève des espoirs quant à un potentiel effet protecteur de l’IQOS sur le système cardiovasculaire.

Les différentes études menées jusqu’à présent confirment que la cigarette IQOS est bien moins nocive pour la santé que la cigarette traditionnelle. Il faut rappeler qu’il n’existe pas de produit sans risque absolu lorsqu’il s’agit du tabac. La meilleure option reste encore d’arrêter complètement toute forme de consommation tabagique. Pour ceux qui souhaitent continuer à fumer tout en essayant de réduire les risques associés au tabagisme, l’IQOS peut représenter une alternative intéressante à explorer avec prudence et modération.

Les arguments des partisans et des détracteurs de la cigarette IQOS

La cigarette IQOS a suscité un débat animé entre ses partisans et ses détracteurs. Les arguments en faveur de l’IQOS reposent sur le fait qu’elle offre une alternative moins nocive à la cigarette traditionnelle, ce qui pourrait être bénéfique pour les fumeurs qui n’arrivent pas à arrêter complètement de fumer.

Les partisans soulignent que l’IQOS permet aux utilisateurs de satisfaire leur besoin de nicotine sans inhaler la fumée toxique produite par la combustion du tabac. Ils mettent en avant le fait que des études scientifiques ont montré une réduction significative des composés chimiques potentiellement dangereux présents dans l’aérosol produit par l’IQOS, comparativement à ceux présents dans la fumée classique.

Selon eux, cette technologie innovante pourrait donc contribuer à réduire les risques liés au tabagisme et améliorer la santé des consommateurs réguliers. Certains avancent même que l’IQOS peut aider les fumeurs à se libérer progressivement de leur dépendance en diminuant progressivement leur exposition aux substances toxiques présentes dans la cigarette traditionnelle.

Les détracteurs critiquent vivement ces arguments et remettent en question l’idée selon laquelle l’IQOS serait vraiment moins nocive que la cigarette classique. Ils soulignent qu’il existe encore peu d’études indépendantes sur cette nouvelle forme de consommation du tabac et pointent du doigt le manque de recul sur les effets à long terme sur la santé.

Certains experts s’inquiètent du potentiel effet attractif de l’IQOS sur les jeunes, craignant qu’elle ne serve de porte d’entrée vers la consommation de tabac. Effectivement, la cigarette IQOS est commercialisée avec des arômes attrayants et son design moderne peut séduire une nouvelle génération.

Les détracteurs insistent aussi sur le fait que l’IQOS n’est pas exempte de risques pour la santé. Certains composés toxiques restent présents dans l’aérosol et certains effets à court terme tels que la diminution du flux sanguin dans les vaisseaux sanguins ont été observés chez des utilisateurs réguliers.

Le débat autour de la cigarette IQOS continue de faire rage entre partisans et détracteurs. Si certains y voient une alternative prometteuse pour réduire les risques liés au tabagisme, d’autres restent prudents quant à ses potentielles conséquences sur la santé. Il importe donc d’approfondir les recherches scientifiques indépendantes afin d’évaluer plus précisément les bénéfices et dangers associés à cette nouvelle forme de consommation du tabac.