À la recherche d’une définition nymphomane – Êtes-vous classifié ?

16

Les troubles sexuels et leurs définitions exactes sont parmi les sujets les plus débattus par les experts. En général, il est entendu que l’hypersexualité peut survenir d’elle-même ou être un symptôme qui change la vie d’autres troubles. Ceux qui souffrent du trouble bipolaire ou du syndrome de Kluver-Bucy présentent souvent des symptômes de comportement de promiscuité.

Mais comme mentionné dans le paragraphe précédent, la nymphomanie (ou comportement sexuel compulsif) ne doit pas nécessairement faire partie d’un autre trouble mental. De plus, le diagnostic et le traitement de ce trouble particulier ont changé radicalement depuis son apparition dans la littérature au XVIIIe siècle.

Lire également : Qu'est-ce que l'hygiène du sommeil ? Comment obtenir une bonne nuit de sommeil

C’est pourquoi il vaut la peine d’examiner de plus près l’historique de la maladie et ses symptômes.

Nymphomanie – Une brève histoire de désaccord

Bien que le terme nymphomane soit apparu pour la première fois au 18e siècle, il a atteint la pratique psychiatrique à la fin du 19e siècle. À l’époque, le terme désignait vaguement une femme trop sexuelle. Pour empirer les choses, il ne reflétait en fait pas un état de santé réel, mais plutôt les normes sociétales prévalentes concernant le comportement sexuel des femmes.

A lire également : 20 conseils santé pour créer un mode de vie sain

En accord avec l’esprit du 19ème siècle Zeitgeist qui a ignoré toute libération de l’esprit et des droits de la femme, les traitements pour la nymphomanie ont été brutaux. Sans parler des procédures chirurgicales et des remèdes horribles qui comprenaient l’application vaginale de cocaïne ou de borax. Heureusement, la plupart des sociétés développées ont aujourd’hui une vision complètement différente de la sexualité féminine.

Quelques centaines d’années et les mouvements de libération plus tard, il y a maintenant une compréhension complètement différente de la nymphomanie. En fait, la nymphomanie a été retirée du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’American Psychiatric Association en 1980. Pour mettre les choses en perspective, la masturbation, l’homosexualité et le sexe oral ont également été supprimés en même temps.

Cependant, la question de la définition de la nymphomanie au XXIe siècle reste posée. Certes, il y a des limites et des symptômes beaucoup plus clairs qui pourraient être définis comme une nymphomane.

Définition de la nymphomanie – Êtes-vous classifié ? Ou est-ce quelque chose d’autre ?

De nos jours, la nymphomanie peut être définie comme un trouble mental associé à un comportement sexuel compulsif. Pour comprendre qui peut être considéré comme nymphomane, il faut avoir une idée claire des compulsions.

Par définition, un comportement compulsif comprend des rituels ou des actes délibérés que les gens commettent de façon répétée sans aucun contrôle sur eux. Parfois, les compulsions peuvent être liées à des peurs et des angoisses déraisonnables, mais ce n’est pas toujours le cas.

Les compulsions sont associées à un large spectre de troubles mentaux. Cependant, en ce qui concerne la nymphomanie, ils font référence à un désir insatiable de s’engager dans un comportement sexuel de promiscuité. Un appétit excessif pour la pornographie, des pensées érotiques obsessionnelles et une impulsion anormale à se masturber peuvent aussi être considérés comme nymphomanes.

D’autre part, les scientifiques ne s’entendent toujours pas sur la question de savoir si ce genre de comportement de promiscuité doit être considéré comme un trouble singulier. S’ajoute à la confusion générale le fait qu’aucun des 12 troubles sexuels énumérés ne comprend la nymphomanie ou d’autres conditions d’hypersexualité.

Pour répondre à la question, un psychiatre ou un thérapeute respectable aurait de la difficulté à classer un patient comme nymphomane. Les débats se poursuivent dans la communauté médicale sur la question de savoir si elle doit être acceptée comme un trouble sexuel. Mais ce désaccord ne signifie pas que l’hypersexualité n’existe pas sous une forme ou une autre.

Quelles sont les causes de la nymphomanie ou du comportement hypersexuel ?

Malheureusement, les causes exactes qui mènent à une promiscuité anormale et à un comportement sexuel obsessif sont encore largement inconnues. Et comme d’autres troubles mentaux, la nymphomanie devrait probablement être considérée comme un état émotionnel et mental complexe qui peut être déclenché par divers facteurs.

Il y a certaines indications que la nymphomanie est liée à un déséquilibre chimique du cerveau ou même qu’elle est une maladie héréditaire. Le fait que des drogues illicites comme la méthamphétamine et la cocaïne induisent une augmentation de la libido va dans le sens de la théorie du déséquilibre chimique. Toutefois, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer l’une ou l’autre de ces affirmations.

Certains patients atteints de la maladie d’Alzheimer ne présentent pas non plus d’inhibitions sexuelles dues à des changements dans le lobe frontal et temporal. Bien sûr, ceux qui ont la malchance d’être affligés par cette maladie débilitante ne sont pas étiquetés comme nymphomanes, par aucun moyen.

D’autre part, l’hypersexualité ou la nymphomanie peut aussi être causée par l’environnement et les traumatismes psychologiques. Dans ces cas, elle serait considérée comme faisant partie d’autres troubles mentaux plutôt que comme une condition particulière.

Existe-t-il un traitement pour la nymphomanie ?

Si vous acceptez la nymphomanie comme un terme non officiel pour un comportement hypersexuel, il est sûr de supposer qu’il existe un moyen de le guérir. Avant que le traitement pour le comportement hypersexuel commence, tous les autres troubles neurologiques et médicaux qui peuvent causer l’hypersexualité doivent être écartés.

Une fois qu’elles sont écartées, il existe trois façons différentes de traiter la nymphomanie :

1. Traitement psychologique

Ceux qui luttent avec un comportement sexuel compulsif montrent une certaine amélioration après une thérapie psychodynamique et cognitive comportementale. Cependant, les groupes d’étude étaient relativement petits pour tirer des preuves scientifiques concluantes, bien que les patients aient montré une amélioration.

Une autre approche psychologique qui est bénéfique pour ceux qui souffrent d’un comportement hypersexuel compulsif est la thérapie de groupe. Cette approche aide les patients à se sentir moins honteux et moins isolés en raison de leur état. Et comme la promiscuité du patient peut affecter toute la famille, les thérapies de couple et familiales peuvent également être incluses.

2. Traitement pharmacologique

Une étude de recherche limitée a montré que certains médicaments d’ordonnance peuvent avoir un effet positif sur le comportement hypersexuel. Les patients qui prenaient du citalopram, par exemple, éprouvaient un désir sexuel inhibé et moins de contrainte à se masturber et à regarder de la pornographie. Cependant, le médicament ne semble pas avoir eu d’incidence sur le nombre de partenaires avec lesquels les bénéficiaires se sont engagés.

La naltrexone – utilisée pour d’autres états compulsifs comme la kleptomanie – a également été efficace pour réduire le comportement sexuel compulsif. En fin de compte, il reste encore beaucoup de recherches à faire avant que les experts ne définissent le traitement pharmacologique le plus efficace.

3. Groupes anonymes

Des groupes de soutien comme Sex Addicts Anonymous (SAA) et Sex and Love Addicts Anonymous (SLAA) apportent aide et réconfort à ceux qui luttent contre les comportements sexuels compulsifs. Le programme des Douze Étapes des Alcooliques anonymes peut être adapté pour mener les personnes atteintes au rétablissement. Toutefois, les données sur l’efficacité et le taux de rebond sont encore très limitées.

Note en fin de texte

Comme vous pouvez le supposer, il pourrait être difficile de donner une définition nymphomane définitive. Êtes-vous classé comme dépendant sexuel, obsessionnel-compulsif, ou simplement en surréaction ? D’une façon ou d’une autre, si vous pensez que votre comportement sexuel est bien au-delà de ce qui est considéré comme acceptable, vous devriez d’abord consulter un conseiller.

Références :

https://rarediseases.org/rare-diseases/kluver-bucy-syndrome/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18075842
https://theconversation.com/what-makes-a-woman-a-nymphomaniac-20306
https://www.jstor.org/stable/3812739?seq=1#page_scan_tab_contents
https://www.ocduk.org/ocd/compulsions/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2945841/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4500883/