Confession : Je suis terrifiée à l’idée d’accoucher.

53

S’il te plaît, ne me raconte pas ton histoire de naissance. Ce n’est pas que je ne veux pas savoir comment ta petite pépite est venue au monde. C’est juste que je vais probablement m’évanouir.

Tu vois, c’est mon sale petit secret. Je travaille dans un magazine sur le rôle parental et je ne peux pas imaginer que mon monde ne soit pas entouré d’enfants. Mais je suis absolument terrifiée à l’idée d’accoucher.

A découvrir également : Regarde ! Même les naissances à domicile des célébrités sont un chaos total

Je devrais commencer par dire que je ne suis pas enceinte – j’ai trop peur pour ça. Je suis sûr que cela semble pathétique pour toutes les femmes qui ont lutté pendant la grossesse et l’accouchement, et c’est peut-être le cas. Mais depuis mon adolescence, j’ai une peur profonde du sang et de tout ce qui est médical – deux choses qui sont inhérentes à la grossesse.

Tout a commencé par un test sanguin de routine – le mien d’abord – et comme l’infirmière a pris plusieurs fioles de sang, j’ai soudainement eu une chaleur intense. Puis vint l’envie de vomir, mais avant de pouvoir demander à l’infirmière un récipient de vomi, le monde s’est embrouillé et je me suis évanoui. .related-article-block{display:inline-block;width:300px;padding:0.5rem;margin-left:0.5rem;float:right;border:1px solid #ccc}@media (max-width : 525px){.related-article-block{float:none;display:block;width:280px;margin:0 auto 2rem}}}}A mom with her babyAprès une naissance explosive, j’ai trouvé un soulagement à l’endroit le plus bizarre

A découvrir également : J'ai déchiré mon clitoris en accouchant.

Ce jour-là a été le début de ma peur. Maintenant, chaque fois que je vois du sang, des aiguilles ou un pied dans un hôpital, je deviens faible dans les genoux (et non de façon romantique). Et cette angoisse profonde s’étend aux histoires de naissance. Dès qu’un ami commence à me parler de ses contractions et de la douleur, je me sens bouclé et j’ai besoin de prendre une chaise avant de me pâmer comme une jeune fille d’un roman Harlequin.

Je devrais mentionner que je ne m’évanouis pas comme la plupart des gens. D’abord, je m’évanouis, puis je convulse (ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal, j’ai consulté mon médecin), et souvent je tourne une teinte de vert alarmante avant de me réveiller enfin et d’éclater en larmes tout de suite après cette épreuve. Et si je suis d’humeur particulièrement dramatique, je m’évanouis debout et j’arrive à me cogner la tête en descendant. Je fais toute une scène.

Si le simple fait de parler d’accouchement me rend étourdi, comment puis-je accoucher ? Je vous le demande sincèrement ! L’idée d’entrer à l’hôpital me donne la nausée. Et l’idée d’une perfusion intraveineuse le fait aussi clairement. une péridurale est hors de question. Une naissance à domicile me plaît parce que je peux éviter l’hôpital et son odeur unique (sans vouloir offenser les hôpitaux), mais cela vient avec son propre ensemble de possibilités terrifiantes. Et si je ne peux pas supporter la douleur et que je dois écrire sur la banquette arrière de la voiture pendant que nous allons à l’hôpital ? Pire, et si quelque chose tourne mal ?

Alors comment puis-je accoucher ? En fait, comment puis-je tomber enceinte alors que cela implique tant d’analyses sanguines régulières et… procédures médicales pénibles? Tu peux voir à quel point je suis un peu terrifiée par toute cette histoire de grossesse.

Mais ce n’est pas seulement la partie médicale du travail qui me fait peur, c’est l’inconnu. Pendant une période particulièrement angoissante de ma vie, j’ai consulté un thérapeute qui m’a dit que l’anxiété est stimulée par deux choses : le passé et l’avenir. C’est clair pourquoi mon comportement passé m’inquiète un peu. Mais pour nous, les gens anxieux, l’avenir et tous les facteurs inconnus qu’il recèle, peuvent être trop difficiles à gérer. Et donner naissance, eh bien, il y a beaucoup d’inconnues.

Je pense que je pourrais peut-être m’occuper de l’accouchement si je savais exactement ce qui m’attendait. Il durera six heures, vous pousserez pour deux et vous aurez besoin de trois points de suture. Ça n’a pas l’air agréable (évidemment), mais je pouvais respirer à travers l’anxiété en sachant exactement combien de temps ça durerait (seulement cinq heures, cinquante-neuf minutes et 33 secondes à faire, Alyssa !). Mais le travail n’est pas comme ça. Vous n’avez aucune idée du temps qu’il vous faudra, ni de ce qui vous attend.

Comme je travaille dans un magazine sur le rôle parental, je sais tout ce qui peut se passer pendant le travail. Comme une larme au 4e degré. céphalée post-durale ou (jappe !) en train de faire caca devant des étrangers. J’en sais trop sur toutes les inconnues et je me suis suffisamment effrayée.

Alors, au fur et à mesure que mon anxiété augmente (elle est très élevée en ce moment), je me sens aussi incroyablement éviscéré. Éviscéré parce que je veux désespérément des enfants. Je verrai une femme enceinte marcher dans la rue et je ne peux m’empêcher de sourire à son ventre, imaginant secrètement que c’est moi un jour. Je suis cette personne qui espionne les vêtements de maternité mignons et les modèle sur moi-même dans ma tête. Je passe mes journées à regarder d’adorables photos d’enfants et je ne peux m’empêcher d’avoir un faible pour les tout-petits avec des boucles blondes et douces comme je pense que mon bébé en aura. Monter des histoires sur les choses adorables – et parfois frustrantes – que font les enfants me fait souvent me demander ce que mes enfants vont faire.

Je peux bien sûr adopter et j’en ai vraiment envie. Mais j’aimerais aussi être enceinte un jour. J’aimerais que quelqu’un ait mes gènes, même si j’espère pour eux qu’ils ne sont pas aussi anxieux que moi. Et j’aimerais faire l’expérience de la magie d’avoir une vie dans mon corps. Sentir ces premiers battements, regarder mon ventre s’étirer et me dandiner. Je veux tout ça ! Pourtant, il semble aussi que c’est une idée impossible à réaliser en ce moment.

Je sais que je ne devrais pas laisser ma peur m’empêcher de faire quelque chose qui m’apportera tant d’amour. Mais c’est une montagne de peur insurmontable à escalader. Et pourtant, on me dit que le rôle parental est vraiment un pas de géant vers l’inconnu, où chaque instant vous êtes complètement terrifié. Alors peut-être que je suis déjà sur la bonne voie ?

Pour en savoir plus :
Pouvez-vous vous hypnotiser pour un accouchement sans douleur ?
15 stratégies pour un travail plus facile