Les pharmacies au renfort de la stratégie contre la Covid

4

La pandémie de Covid-19 qui touche la France depuis le début de l’année est très difficile à contrôler.

On a vue la stratégie mise en place par le gouvernement à la sortie du confinement, dépister, tracer, isoler, mise à mal par l’envolé des cas à la rentrée de septembre.

A voir aussi : L'incertitude terrifiante d'avoir un enfant atteint d'une maladie qui change tous les jours.

En effet, la capacité de dépistage des labos a trop vite été atteinte, rendant les délais de résultat des tests incompatibles avec cette stratégie.

Le gouvernement a donc été contraint de reconfiner le pays pour tenter de retrouver un niveau de contamination suffisamment bas, pour d’une part éviter l’explosion de notre système de santé, et d’autre part, reprendre le contrôle de l’épidémie.

A découvrir également : Comment lutter contre l’absentéisme au travail ?

Mais en l’absence de vaccin ou de traitement efficace, il est nécessaire de trouver des solutions pour éviter une deuxième vague.

Les mêmes causes provoquant les mêmes effets, si nous recommençons, au printemps prochain nous devons nous attendre à une nouvelle flambée épidémique.

Il n’est bien sûr pas envisageable de rester confinés en l’attente du possible vaccin.

    1. Développement des test antigéniques

Une des possibles solutions consiste donc à augmenter la capacité de dépistage, et la rapidité des résultats des tests.

Des progrès considérables ont été fait au niveau des tests antigéniques, et si leurs résultats ne sont pas fiables à 100 % (une grande quantité de virus est nécessaire pour les positiver), ils permettent néanmoins d’obtenir un résultat immédiat.

Du coup, les positifs à forte charge virale pourraient être immédiatement isolé. Seul les négatifs devraient passer à un test PCR, plus long, et en labo.

Car en effet, un des intérêts du test antigénique, et que beaucoup de pharmaciens se sont formés pour pouvoir les effectuer.

Il suffirait donc de trouver une pharmacie proche de chez soit, et de se faire tester en quelques minutes. Certaines pharmacies à Marseille par exemple, proposent déjà la prise de rendez-vous en ligne.

Les médecins généralistes pourraient également disposer de ces tests.

Cette puissance de dépistage nous permettra, une fois le niveau retombé à quelques milliers de cas par jour, de mettre en place cette stratégie qui a fait ses preuves dans les pays asiatiques par exemple.

Il faudra néanmoins mettre en place plus de moyens pour le traçage, qui est quasiment inexistant depuis septembre, et peut être se poser la question de l’isolement, basé sur la responsabilité des malades…malheureusement, trop de gens ne respectent pas cette recommandation, et il sera peut être nécessaire de prendre des mesures plus coercitives.

    1. S’unir contre la maladie

Quoi qu’il en soit, cette maladie nous montre que la santé est l’affaire de tous, et que pour lutter efficacement contre une pandémie de cette ampleur, il faut pouvoir mobiliser toutes les ressources disponibles : public, privé, infirmiers, médecins, labos, pharmacies…et bien sûr, tous les individus, puisque nous avons tous la responsabilité de mettre des barrières pour freiner la propagation, et pouvoir retrouver une vie normale.

En attendant la distribution d’un vaccin, qui selon l’état des recherches actuelles, pourrait arriver sans doute l’été prochain.