Comment devenir infirmier titulaire ?

148

Le statut d’infirmière titulaire ne s’accède pas facilement. Plusieurs étapes doivent être remplies dont le passage au concours d’Etat. Une fois admise, l’infirmière doit effectuer une période de stage, durant laquelle elle sera évaluée sur plusieurs points. Les détails.

A lire aussi : Comment aménager un cabinet médical ?

Comment devenir infirmière : formation et changement de statut

Le concours

Afin d’accéder à un poste dans la fonction publique hospitalière et territoriale, l’intéressé est dans l’obligation de passer un concours sur titre. Lors de ce concours, le diplôme d’Etat d’infirmier sera demandé. Pour ce qui est des épreuves, elles peuvent varier d’un concours à un autre.

Le statut de stagiaire

Suite au concours, les candidats sont convoqués pour un entretien d’embauche suivant les qualifications indiquées dans une fiche métier emploi infirmier. Une fois le concours réussi, le candidat devient stagiaire pendant un an. Les personnes ayant réussies sont recrutées au titre d’infirmières en catégorie A.

A lire également : Cours prépa PASS : votre ticket pour les études de médecine

Le stage de titularisation est une période durant laquelle on vérifie l’aptitude de l’infirmière hospitalière diplômée d’Etat (IDE), dans l’établissement qui l’a recruté. Durant cette période, elle est encadrée par un tuteur et sera rémunérée à hauteur du 1er échelon du premier grade, suivant la grille indiciaire hospitalière.

La durée de 1 an peut être prolongée à titre exceptionnel, sur demande du supérieur hiérarchique, pour vérification des compétences de la personne.

La titularisation

A l’issue du stage, l’infirmière est titularisée au statut de fonctionnaire. Ainsi, elle intègre le service où elle a effectué son stage.

Durant cette période, l’infirmière peut être soumise à des mesures de mobilité, selon les besoins des hôpitaux. Cela peut se présenter sous forme de mutation interne ou externe. En outre, elle peut également envoyer des lettres de candidatures à d’autres établissements hospitaliers publics.

Les conditions de travail

Force est de mentionner que les conditions de travail des infirmiers peuvent être extrêmement rudes. On peut les distinguer sous trois catégories.

Les conditions en milieu hospitalier

Dans ces établissements, les soins aux malades sont assurés 7/7 jours, 24/24 heures, dont le service est assuré par rotation des équipes. L’IDE est donc soumise à un régime d’astreintes (travail de nuit et de weekend), propre à son environnement de travail. Elle peut même être appelée en renfort, lors de ses congés.

Les conditions de travail d’une infirmière territoriale

L’infirmière territoriale travaille de manière parfaitement autonome. Travaillant dans un bureau, elle suit des horaires réguliers, peut se déplacer au domicile de personnes âgées, handicapées ou des enfants.

Dans l’exercice de son métier, elle est souvent confrontée à des situations sociales précaires, difficiles, voire fréquenter des lieux insalubres. Elle reste soumise à des risques de contagion.

Les conditions en milieu scolaire

L’infirmière scolaire est sous l’autorité du chef d’établissement, bien qu’elle soit autonome dans la délivrance des soins. Son travail consiste à prodiguer des conseils en matière de santé à l’école. C’est ainsi que la partie relationnelle l’emporte sur les besoins de soins. Ses congés correspondent aux vacances scolaires.

Recrutement

Force est de constater que les infirmières jouent un rôle important dans le secteur de santé. En 2020, les experts tablaient sur 95 000 créations nettes d’emploi, dont la moitié correspond aux infirmières nouvellement diplômées.

Par ailleurs, ce nombre de candidats pour prétendre à devenir infirmier est encore en sous-nombre. En effet, les jeunes ne sont pas totalement séduits par le secteur. Cela peut s’expliquer par le fait qu’un infirmier ayant réussi au concours n’accède pas automatiquement à un emploi. Il doit envoyer lui-même ses candidatures à une collectivité, soit via la réponse à une annonce, soit en postulant directement.

Possibilités d’évolution

Une infirmière diplômée peut exercer en libéral, en attendant un poste dans un établissement public. Dans ce secteur, elle peut commencer par des remplacements infirmiers, qui permet à la débutante de se concentrer sur la belle partie du métier : les soins et les patients. L’avantage c’est qu’elle est encadrée par un ou plusieurs infirmiers titulaires. Elle peut ainsi s’habituer aux tournées, aux conditions de travail, voire à la gestion des appels des demandes de soins.

Une infirmière remplaçante peut ensuite évoluer en infirmière de collaboration. Cette étape permet d’accumuler davantage de connaissances sur la facturation en libéral et de se constituer un patientèle.

Enfin, exercer en libéral permet à une infirmière d’accéder au rang d’associé en cabinet ou d’en être le propriétaire.