Devriez-vous faire anesthésier votre enfant pour une intervention dentaire ?

56

Sheila Banerjee se souvient très bien de la fois où son enfant de quatre ans, Jai, a eu besoin d’une anesthésie générale pour deux garnitures. “Nous avions prévu le rendez-vous et Jai a mangé une feuille d’épinards de notre arrière-cour ce matin-là “, se rappelle la mère de Toronto. Après un long trajet en voiture jusqu’au cabinet du dentiste, ils ont été renvoyés chez eux et la procédure a été reportée : L’anesthésiste avait décidé qu’étant donné que Jai avait mangé dans les huit heures précédentes (ce qui est connu pour être associé à un risque de vomissements et d’étouffement pendant l’anesthésie) la procédure devrait être reprogrammée.

Heureusement, la procédure s’est déroulée deux semaines plus tard et tout s’est bien passé. “Dans l’ensemble, ce fut une expérience positive “, dit Banerjee.

A lire en complément : Devriez-vous vous inquiéter lorsqu'on prescrit des opioïdes à votre enfant ?

.related-article-block{display:inline-block;width:300px;padding:0.5rem;margin-left:0.5rem;float:right;border:1px solid #ccc}@media (max-width : 525px){.L’Two boys brushing their teethutilisation de l’anesthésie générale pour traiter les problèmes dentaires chez les enfants est courante au Canada, et l’intervention de Jai n’était qu’une des 19 000 chirurgies d’anesthésie d’un jour effectuées chaque année chez les enfants de moins de six ans pour combler les caries, faire des canaux radiculaires et extraire les dents. Les dentistes ont recours à l’anesthésie lorsque les enfants ont besoin de beaucoup de soins dentaires et que les médecins ne veulent pas les traumatiser avec des heures de forage dans le fauteuil dentaire. Brett Saltzman, dentiste pédiatrique basé à Toronto au Forest Hill dentisterie pour enfantsIl s’agit de procédures en cabinet à faible risque, mais, comme l’a démontré l’annulation du rendez-vous de Jai, elles ne sont pas sans risques. Cela signifie que les parents doivent être informés et peser soigneusement leurs options lorsque l’anesthésie dentaire est recommandée pour leur enfant.

Pourquoi utiliser la sédation pendant les interventions dentaires des enfants ?

Souvent, l’anesthésie dentaire générale est utilisée dans les cas où un enfant a de nombreuses dents cariées, explique Diya Chadha, dentiste pédiatrique chez Dentisterie de ville de sourire de Burnaby, en Colombie-Britannique, qui ajoute qu’il n’est pas rare de voir huit à dix dents avec caries. D’autres fois, c’est la carie qui a progressé jusqu’au nerf de la dent – nécessitant un canal radiculaire de bébé – dans lequel le nerf est enlevé, le trou est comblé et une couronne est placée sur la dent.

A lire en complément : Les implants mammaires : une bombe à retardement

Pour les enfants ayant des besoins spéciaux, tels que TDAH ou autismeL’anesthésie générale ou la sédation peut aussi rendre une intervention qui serait très effrayante plus facile à gérer, dit Chadha. “Vous voulez vous appuyer sur cette expérience positive pour vous assurer que l’enfant n’associe pas le dentiste à la douleur et à l’anxiété “, dit-elle. “Et ça permet au fournisseur de faire une meilleure dentisterie.”

Quels sont les risques de l’anesthésie dentaire ?

Bien que l’anesthésie générale soit considérée comme sécuritaire, elle comporte tout de même des risques. Au Canada, le risque qu’une personne en bonne santé meure des suites d’une anesthésie se situe entre un sur 200 000 et un sur 400 000, d’après les données de l Société canadienne des anesthésiologistes. Les conditions médicales préexistantes, comme l’asthme ou le diabète, peuvent augmenter le risque de complications et, dans de rares cas, les patients peuvent avoir des réactions allergiques à ces médicaments. Les effets secondaires de l’anesthésie comprennent nausées, vomissements et étourdissements.

Ces risques ont été mis en évidence par quelques cas très médiatisés. En 2016, Amber Athwal, une fillette de quatre ans d’Edmonton, a subi des lésions cérébrales après avoir subi un arrêt cardiaque alors qu’elle était sous anesthésie générale à la suite d’une procédure d’extraction dentaire. Athwal avait pris son petit-déjeuner ce matin-là – quelque chose que son père dit avoir révélé au dentiste – ce qui a peut-être joué un rôle.

De nouvelles normes ont été mises en place et les dentistes de l’Alberta ne peuvent plus administrer l’anesthésie et pratiquer une intervention dentaire sur un patient. Mais les règles applicables aux dentistes varient d’une province à l’autre. En Ontario, par exemple, un dentiste doit avoir au moins deux assistants formés pour administrer l’anesthésie.

Bien qu’une situation comme celle d’Athwal soit rare, les parents devraient quand même être vigilants. Pour vous assurer que votre enfant est un bon candidat à l’anesthésie générale, assurez-vous de signaler tout problème de santé à votre dentiste pédiatre. Jasdev Bhalla, un spécialiste en anesthésiologie dentaire certifié par le conseil d’administration qui travaille chez MM Dentisterie familiale et du sommeil de Hamilton, en Ontario, affirme que l’aptitude d’un enfant à subir l’intervention doit être évaluée très soigneusement. L’asthme, les problèmes cardiaques et l’apnée du sommeil peuvent tous affecter la sédation.

Informez le dentiste de votre enfant si votre enfant a déjà eu des réactions indésirables à la sédation dans le passé. Vous pouvez aussi demander si le gaz hilarant ou la sédation consciente – qui détend le patient tout en le gardant conscient – pourrait être une solution de rechange, en plus de la congélation locale.

Une fois que votre enfant est considéré comme un bon candidat à la sédation générale, vous devez vous assurer que la personne qui administre l’anesthésie générale est un anesthésiste dentaire agréé ou un dentiste qui a reçu l’autorisation de l’autorité dentaire de sa province pour administrer une anesthésie générale. (Les règles varient d’une province à l’autre, alors consultez le site Web du collège dentaire de votre province.) Pour obtenir cette certification, le dentiste doit suivre des cours de réanimation d’urgence et de RCR, ainsi qu’une formation spécifique en anesthésie. L’établissement dentaire doit également détenir un permis du collège permettant l’anesthésie et un certificat indiquant qu’il a été inspecté par le collège. Vous pouvez demander à votre dentiste de voir ces documents.

“Vous faites confiance à quelqu’un pour s’occuper de votre enfant lorsqu’il est sous sédatifs “, dit Bhalla. “C’est une bonne idée de déterminer combien d’interventions ils ont effectuées.”

Comment préparer votre enfant à l’anesthésie dentaire

Avant qu’un enfant ne subisse une anesthésie, un dentiste ou un anesthésiste pédiatrique est légalement obligé de présenter tous les détails de la procédure, ainsi que les raisons de l’anesthésie générale, dit Saltzman. C’est ce qu’on appelle le consentement éclairé, et le parent ou la personne qui s’occupe de l’enfant doit signer le formulaire avant qu’une anesthésie puisse être effectuée.

Dans le cas de Banerjee, elle et Jai ont eu une longue consultation avec le dentiste. “On nous a dit qu’en raison de l’âge de Jai, il ne serait pas possible d’effectuer les soins dentaires sans anesthésie générale “, dit Banerjee. “Ce serait trop effrayant.” Mais le tempérament de l’enfant doit aussi jouer un rôle dans la décision.

Bhalla suggère aux parents d’en apprendre le plus possible sur les personnes qui administreront la sédation à leur enfant, les endroits où elle aura lieu et les procédures d’urgence en place. Comme les parents rencontrent souvent l’anesthésiologiste pour la première fois quelques minutes avant l’intervention, il dit que les parents devraient appeler le dentiste ou l’anesthésiologiste dentaire avant l’intervention pour connaître les mesures qu’il prendra pour assurer la sécurité de l’intervention. Un moniteur sera-t-il attaché à l’enfant après la sédation pour surveiller les signes vitaux ? Est-ce qu’une assistante sera dans la salle de réveil avec l’enfant en tout temps ? Existe-t-il un défibrillateur – un dispositif utilisé pour redémarrer le cœur pendant l’arrêt cardiaque – sur place ? Existe-t-il une aspiration murale et/ou portable et de l’oxygène supplémentaire en récupération ? Dans le cas d’Amber Athwal, son moniteur a été éteint et n’a pas averti le dentiste et ses assistants qu’elle était en arrêt cardiaque et privée d’oxygène. L’assistant de service a également quitté la salle de réveil, et le personnel n’avait pas reçu une formation adéquate en réanimation.

Une fois que vous avez signé, renseignez-vous sur les instructions que vous devez suivre avant l’intervention de votre enfant. Le jeûne pendant huit heures avant l’intervention est essentiel pour empêcher les vomissements et les aliments d’être inhalés dans les poumons, ce qui entraîne l’étouffement.

Et préparez-vous pour les câlins postopératoires. Beaucoup d’enfants peuvent se réveiller confus ou bouleversés après une anesthésie, ce qui n’est pas inhabituel. Ils peuvent prendre quelques heures pour revenir à la normale. Banerjee dit qu’après son réveil de l’anesthésie dentaire, Jai était groggy et en larmes. Heureusement, l’épisode a été de courte durée et n’a duré que 20 minutes, dit-elle.

En fin de compte, si votre fournisseur est bien formé et équipé pour les urgences – et vous suivez attentivement ses directives – tout devrait bien se passer. La plupart des parents disent : ” Nous sommes si heureux d’avoir fait cela “, dit Chadha.

Banerjee est heureuse d’avoir choisi l’anesthésie pour Jai. “Après avoir fait les recherches,” dit-elle,”ça n’avait pas l’air alarmant.”

Pour en savoir plus :
Comment préparer la première visite à l’hôpital de votre enfant
Comment préparer la première visite chez le dentiste de votre enfant